07 février 2014

Les Brocs du Relais d'Avezé

Ce week end dans le Perche,
j'ai chiné ches les brocanteurs du Relais d'Avezé.

Pour tout vous dire, j’ai suivi les conseils de Carine du Moulin de Courtangis. « J’y trouve toujours quelque chose et les prix sont abordables » m’a-t-elle dit.

Il ne m’en n’a pas fallu plus pour aller voir. Et bonheur ! Cette brocante est une véritable caverne d’Ali Baba et OUI les prix sont abordables (espérons seulement qu’ils vont le rester :-)).

La brocante a pris ses quartiers depuis mars 2013 dans l’ancien relais de poste Percheron, sur la route départementale 323 (ex N23), sur la commune d’Avezé entre La-Ferté-Bernard et Nogent-le-Rotrou.

Ici, cinq brocanteurs professionnels se sont regroupés pour présenter leurs trouvailles. 2000 m² pour l’extérieur et l’intérieur, des meubles, bibelots, livres, bijoux, vaisselles, vannerie, tableaux,  surplus militaire que sais je encore. Il est quasiment impossible de repartir les mains vides et vivement conseillé d’y faire un saut régulièrement !

Les Brocs du relais d’Avezé
Yaël, les deux Catherine, Christian et Christophe
Lieu-dit La Ganche
Jardinerie d’Avezé
72400 Avezé

lesbrocsdurelaisdaveze@yahoo.fr

 Brocante ouverte vendredi, samedi, dimanche, lundi
10h00 à 12h00 // 14h00 à 18h00

 

Broc d'Aveze 1

 

Broc d'Aveze 3

 

Broc d'Aveze 4

 

Broc d'Aveze 7

 

Broc d'Aveze 8

 

Broc d'Aveze 6

 

Broc d'Aveze 5

 

Broc d'Aveze 9

 

Broc d'Aveze 10

 

To be honest, I followed the advice of Carine from the Moulin de Courtangis. "I always find something and the prices are affordable," she has told me.

I was curious to discover that. And what a surprise! This “brocante” is really a treasure and YES  the prices are what we would actually be willing to pay  (we can only hope that they will remain :-)).

Since March 2013, the “brocante” is installed in an old typical Relais de Poste, on the RD323 in the town of Avezé located between
La-Ferté-Bernard and Nogent-le-Rotrou.
Here, a group of five second-hand dealers present their treasures. 2000 m² for the exterior and interior, furniture, knick-knacks, books, jewelry, pottery, basketry, paintings, military surplus ….and a lot of other things. It is almost impossible to leave empty-handed and strongly recommended to jump regularly!

 


26 janvier 2014

Oiseaux du Perche

Ce week end dans le Perche, j’ai adoré observer les passereaux s’approcher chacun leur tour et picorer les boules de graisse disséminées dans le jardin.

Le rouge gorge,  timide et prudent, attend patiemment que l’autoritaire mésange charbonnière veuille bien lui laisser la place. Mais la coquine est gourmande et n’a guère envie de partager le festin !

Plusieurs organismes et associations organisent régulièrement des balades ornithologiques et des sorties nature (L’Ecomusée du Perche à St Cyr la Rosière, Le Parc Naturel du Perche à Nocé et l’Association Faune & Flore de l’Orne à St Denis-sur-Sarthon …) pour ne citer qu’elles.

Je vous propose également le sympathique blog « Petit Peuple du Perche » afin de découvrir la petite faune du Perche. Très belle initiative.

rouge gorge c 2

  

rouge gorge c

 

Mésange

 

This week end in the Perche, I really enjoyed watching birds coming, waiting their turn, and pecking fat balls food dotted about the garden.
The robin, shy and careful, wait patiently for the bossy great tit leaves the place. But the hussy is greedy and don’t want at all share the feast !

Several organisms and associations regurlarly organize ornithological walks and natural rambles. It is the case for the Ecomuseum in Saint Cyr la Rosière, Le Parc Naturel du Perche à Nocé et the Association Faune & Flore de l’Orne in Saint Denis sur Sarthon for example.

 I also suggest you the nice blog “Petit Peuple du Perche” in order to discover the little wildlife of the Perche.

18 janvier 2014

La Basilique Notre-Dame-de-Montligeon

Ce week end dans le Perche,
j’ai visité la Basilique Notre-Dame-de-Montligeon, « la Cathédrale dans les champs ».

La première fois que je l’ai vue, je suis restée sans voix devant sa démesure. Rendez-vous compte, 74 mètres de long, 32 de large. En forme de croix latine, la Basilique Notre-Dame-de-Montligeon comporte 2 vastes transepts, 3 nefs, 16 chapelles et 1 déambulatoire. Les clefs de voûte s’élèvent à 23 mètres et les deux flèches de 60 mètres qui encadrent la façade lui confèrent un air de cathédrale. 

Cette  « jeune » Basilique est l’œuvre de l’abbé Buguet. Nommé en 1878 curé de la bourgade la Chapelle-Montligeon, cet homme admirable, désolé de voir le bourg se vider de ses habitants a alors deux pensées extraordinaires : la première est de créer une imprimerie pour donner du travail aux paroissiens et infléchir ainsi l’exode rural et la seconde est la création de l’Oeuvre Expiatoire, dédiée à la délivrance des âmes délaissées du purgatoire.

L’idée, soutenue par l’évêque de Sées,  fait des émules et les dons affluent. La première pierre de l’église est posée en 1896 et la première messe a eu lieu le 1er juin 1911. Malheureusement, l’abbé Buguet, épuisé, meurt en 1918, dix ans avant la consécration de l’église en basilique.
Aujourd’hui, plus d’un siècle plus tard, la basilique Notre-Dame-de-Montligeon est le centre mondial de prière pour les défunts.

Lieu vivant, animé par une communauté religieuse dynamique, la basilique attire chaque année de nombreux pèlerinages. L’ermitage-hôtel attenant permet l’accueil de pèlerins ou retraitants. En effet,  la basilique offre un cadre idéal, en plein cœur de cette belle région du Perche, pour faire une parenthèse spirituelle, prendre du recul ou, tout simplement, reprendre son souffle avant de repartir avec entrain dans le tumulte.   

Montligeon Janvier 2014-1

 

Montligeon Janvier 2014-2

 

Montligeon Janvier 2014 -3

 

This weekend in the Perche,
I visited the Basilica Notre- Dame- de- Montligeon  - the " Cathedral in the fields ."

The first time I saw the church , I remained speechless when I saw the dimensions : can you imagine 74 meters long , 32 wide,  the Notre -Dame- de- Montligeon has 2 large transepts , three naves , 16 chapels and one ambulatory. The arrows are 60 meters high an make the church looking like a cathedral.

This "young" Basilica (a little younger than the Westminter Cathedral ended in 1903), is the work of the Father Buguet . Appointed in 1878 pastor of the village La Chapelle- Montligeon , this fantastic man , worried to see the young men leaving the village for the cities, had two extraordinary thoughts : the first one was to give a job to the men of the village creating printing offices and reduce the exodus and, the second one, was the creation of the “Oeuvre Expiatoire” dedicated to the souls of dead people left in the purgatory.

The idea, supported by the Bishop of Sees, had success and the donations came quickly.  The first stone of the church was laid in 1896 and the first Mass was held on 1 June 1911. Unfortunately, Father Buguet, exhausted by the work, died in 1918, ten years before the consecration of the church in basilica.
Today, over a century later, the Notre -Dame- de- Montligeon is the world center of prayer for the dead.

Led by a dynamic religious community, the basilica attracts many pilgrims. The Hermitage Hotel – attached, allows the wellcome of pilgrims and retreatants. Indeed, the basilica offers an ideal setting in the heart of this beautiful region of the Perche, to make a spiritual interlude or to take a step back before returning and enjoying life again.

 

07 janvier 2014

***2014***

 

*** 2014 *** 

Une merveilleuse année à tous !

Bonne santé ! et du bonheur ... toujours.

 

modifié

 

 

 

Posté par we perche à 22:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]

21 décembre 2013

Les lapereaux du Perche.

Ce week end dans le Perche,
j’ai rêvé un conte de Noël.

Il était une fois, deux adorables enfants  de la banlieue parisienne : l’ainé, un garçon prénommé Ilan, d’un naturel timide et rêveur et sa petite sœur, Lou, une enfant dynamique et espiègle. Ces deux  là avaient la chance de pouvoir quitter régulièrement la banlieue bruyante et polluée pour venir passer les weekends dans le Perche. En effet, leurs parents avaient décidé de restaurer un corps de ferme situé  dans cette magnifique région de collines boisées et de verts pâturages et c’est avec entrain que la famille prenait la route le vendredi soir pour se rendre dans leur havre de tranquillité.

Un samedi matin de printemps, les deux enfants décidèrent d’aller semer des graines de cosmos dans le potager. Bras dessus, bras dessous les voilà partis avec tout l’attirail : transplantoir, râteau et binette, sans oublier le sachet des précieuses petites graines.

A quatre pattes, ils étaient en train de s’affairer lorsque tout à coup, un carré de terre s’effondra pour laisser place à un trou béant. Les gamins intrigués comprirent rapidement qu’il s’agissait d’un terrier et s’approchèrent pour tenter d’en apercevoir l’intérieur. Stupeur ! Une portée de lapereaux d’à peine quelques jours, tout juste couvert de poils, les yeux encore fermés vagissaient faiblement dans leur nid douillet.

Lapereaux Perche 2

Lapereaux Perche 3

Lapereaux Perche 4

Lapereaux Perche

Les enfants surexcités quoique vaguement inquiets coururent chercher leurs parents afin de montrer l’incroyable découverte. Le père, doté d’un solide bon sens agricole, resta plutôt circonspect quant à la survie des orphelins. La mère quant à elle, d’un naturel optimiste, proposa de transporter le nid avec tous ses occupants bien au chaud dans la maison. Lorsque, sous l’œil attentif des deux enfants, la portée de lapereaux fut confortablement installée, la mère s’empressa d’aller demander conseils au  vétérinaire le plus proche. Celui-ci, plutôt habitué aux vêlages difficiles des fermes environnantes et  la prenant sans aucun doute pour une parisienne hystérique, ne lui laissa aucun espoir :

« Chère madame, dit il d’un ton condescendant, vous n’avez absolument aucune chance de sauver ces lapins. Les nourrir au biberon… de toute ma vie, je n’ai encore jamais vu ça ».
L’agriculteur, présent dans le hall de la clinique, rajouta même d’un air bourru : « pfff… y’en a vraiment qu’ont du temps à perdre ».

Mais qu’à cela ne tienne. La mère acheta tout le nécessaire pour allaiter les lapereaux nouveau nés : lait maternisé pour chatons, biberons de poupée, tétines proportionnées à la taille des minuscules bestioles. L’aventure commença dès le jour même et toute la famille y participa, y compris la grand-mère réquisitionnée pour faire office de baby-sitter dans la journée.  Seul, le chat de la maison, pourtant fort intéressé par l’affaire, ne fut pas convié aux repas des lapins !

Lapereaux Perche 6

Lapereaux Perche 5

A raison de plusieurs tétées par jour, quelques gouttes au  départ pour terminer à un demi-biberon avalé goulument,  tous les lapereaux survécurent.

Nourris et choyés de la sorte, la dizaine de lapins grandit très vite. Lorsque la bassine en zinc, terrier provisoire de la fratrie devint trop petite, il fallut les déménager dans une cage et commencer le sevrage. Car, au grand désespoir d’Ilan et Lou, il fallait bien se rendre à l’évidence que la vie d’un lapin de garenne n’était pas dans le salon familial mais plutôt dans les prés et prairies et qu’il était grand temps de rendre ces petites bêtes à la vie sauvage et les ramener sur leurs terres d’origine.

Lapereaux Perche 9

Lapereaux Perche 7

C’est par un beau jour de mai, sous le regard ému et attendri de la famille, que la dizaine de lapins fut rendue à la campagne percheronne. Et c’est avec une lueur d’amusement dans les yeux qu’Ilan et Lou ainsi que leurs parents observent régulièrement la nombreuse descendance de la portée d’orphelins folâtrer autour de la maison familiale.

Lapereaux Perche 8

Posté par we perche à 22:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,



15 décembre 2013

Le coup de coeur du week end : La Briche Foraine à Bellême

Un coup de coeur ce week end dans le Perche,
l'heureuse découverte de la Briche Foraine à Bellême.

Quelle superbe idée d'avoir invité cette troupe de jeunes artistes talentueux à Bellême. La Briche Foraine a pris ses quartiers dans le Parc de Vigan le temps de deux week ends de décembre. Sur fond de musique endiablée, folles attractions pour petits et grands, spectacle de rue, costumes et décors majestueux, une briche foraine pleine de délire, de fantaisie et d'humour ... une bouffée d'oxygène.

A découvrir sur La Briche

Briche Foraine Belleme dec 13 2

Briche Foraine Belleme dec 13 3

Briche Foraine Belleme dec 13 4

Briche Foraine Belleme dec 13 6

Briche Foraine Belleme dec 13 1

Briche Foraine Belleme dec 13 5

 

08 décembre 2013

L'Atelier à Nocé / Chez les Voisins

Ce week end dans le Perche,
je suis allée à la rencontre de deux charmantes  « serial chineuses »

Tiens ! si nous allions découvrir l’Atelier, la boutique de décoration que Marie et Sonia viennent d’ouvrir.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Nous voilà partis en plein cœur du Perche à Nocé précisément, commune bien connue des percherons car elle abrite le Manoir de Courboyer, siège du Parc Naturel du Perche, mais aussi, pour les plus gourmands  d’entre nous,
l’Auberge des 3J, gastronomique réputé qui fera bientôt (foi d’épicurienne)  l’objet d’un prochain billet.

 ... / ...

Nous voici arrivés à l’Atelier. La boutique, ouverte depuis le 15 octobre dernier, regorge des créations de nos deux chineuses enthousiastes.

Tout en dégustant un thé, Sonia de sa voix calme et paisible, nous raconte son installation dans le Perche, sa passion pour la brocante « Campagne Chic ». Comment après des années de créations personnelles, sa maison étant devenue trop petite pour les accueillir toutes, elle a décidé de proposer dans la boutique, les objets de sa marque Créat & Broc. Ses domaines de prédilection ? L’association bois et métal sans aucun doute mais également les objets du temps passé emplis de charme et de nostalgie comme cet adorable filet qui a trouvé sa place à la maison.

Tout à coup, un vent de fraîcheur parcourt la boutique. Marie vient d’entrer et apporte avec elle une heureuse vitalité. Elle nous raconte sa découverte du Perche et son envie de s’y installer, combien il était devenu nécessaire pour elle de s’éloigner du tumulte parisien afin de laisser libre cours à sa passion de la décoration. Marie aime travailler le métal, le papier, le bois et le textile. Ses créations, résolument industrielles et vintages, sont proposées depuis quelques années déjà, sur son site de vente en ligne
Chez les Voisins mais également au cours de ventes éphémères qu’elle organise aux quatre coins de la France. L’Atelier, prolongement du site, est une belle opportunité de les mettre en avant.

Quelle harmonieuse association que ces deux personnalités !
Encore merci Marie et Sonia pour cette charmante rencontre et cette belle fin d’après midi.

Atelier 1

Atelier 2

Atelier 3

Atelier 4

Atelier 5

Atelier 6

Atelier 7

L'Atelier – Nocé
Marie du Sordet – Sonia Revellat
Vendredi, samedi et lundi, de 9 h à 12 h 30 et de 15 h à 19 h, et le dimanche matin

 

 

03 décembre 2013

Couleurs d'Automne dans le Perche

Ce week end dans le Perche,
j'ai profité d'un timide rayon de soleil pour apprécier les couleurs flamboyantes des derniers jours d'automne. 

 

Couleurs Automne nov 13

Couleurs Automne nov 13 b

Couleurs Automne nov 13 c

Couleurs Automne nov 13 d

Couleurs Automne nov 13 e

Couleurs Automne nov 13 f

Couleurs Automne nov 13 g

Couleurs Automne nov 13 h

Couleurs Automne nov 13 i

17 novembre 2013

Le Moulin de la Peltrie

Ce week end dans le Perche,
j’ai partagé un instant d’authenticité avec les meuniers du Moulin de la Peltrie. 

Ce matin j’ai rendez vous avec le meunier du Moulin de la Peltrie à Bivilliers, sur la route entre Tourouvre et Mortagne-au-Perche.
Philippe, en effet, a généreusement accepté de me raconter son histoire et m’expliquer les secrets de fabrication de son pain d’exception.
Me voici donc dans la cour du Moulin, je pénètre dans le fournil.

…cette odeur du pain chaud, chargée de promesses, littéralement me submerge. 

Philippe est au travail depuis plusieurs heures déjà.

 

PB080064

 

La première fournée est en train de cuire.
Pendant que Philippe prépare la seconde avec des gestes surs et les sens en alerte, je l’observe et j’écoute.

 

Moulin Peltrie 12

 

Il me raconte sa reconversion, sa recherche de liberté et de sérénité. La quête commence.
Comment en 2001, avec son ami Jean, ils décident  ensemble de reprendre le Moulin dans le but de poursuivre l’activité de meunerie.
Les deux hommes, animés par la même passion, connaissent leur sujet et, rapidement, créent différentes farines et recettes de pain. On leur doit notamment la Baguette du Perche que l’on trouve désormais sur les bonnes tables new yorkaises ou tokyoïtes.

 Vient alors cette décision de se tourner vers des farines issues de l’agriculture biologique et de transformer leur farine en pain.
La quête se poursuit.

 

Moulin Peltrie 7

 


Le four à bois construit en 2008 par les « Fours Voisins » et dont la réputation n’est plus à faire, est impressionnant.

Bâti en briques réfractaires, à chauffe directe au gueulard, avec deux étages de 8m² chacun, construction manuelle  brique après brique, tapis d’enfournement…il faut ce qu’il faut pour mériter la véritable appellation « pain cuit au feu de bois ». Mais on n’enfourne pas n’importe quelle pâte dans un tel chef-d’œuvre.

 

Moulin Peltrie 6

 

Le savoir faire de la fabrication du pain selon des procédés authentiques, pourtant vieux de trois mille ans, s’est perdu.
Philippe se transforme alors en alchimiste, la quête continue.

…et encore cette odeur du pain chaud, emplie de réconfort, et qui m’envahit

Les grains en premier lieu, broyés sur meule de pierre afin de laisser à la farine toutes les qualités nutritives des céréales, l’eau de source provenant vraisemblablement de la même nappe que celle de l’Abbaye de la Trappe, le sel de Guérande estampillé « Nature et Progrès », le levain artisanal fabriqué par Philippe au laboratoire, le temps de fermentation de la pâte. Bannis gluten, levure et autres additifs que le « progrès » nous a apportés.

 

Moulin Peltrie 1

 

Philippe cherche, se documente, essaie, recommence pour tenter de retrouver enfin les recettes et gestes ancestraux. Comme ce pain exceptionnel « Le Mérelle », un pain du Moyen Age, pour lequel il a consacré six mois de recherches et d’expériences avant de trouver la recette parfaite.

Mais le géant attend son heure. La notice d’utilisation n’est pas livrée avec le Voisins ! lui aussi, il a fallu l’apprivoiser. 
La quête perdure.

Allumé plusieurs heures avant la cuisson, chauffé jusqu’à 450° puis le laisser se calmer jusqu’à ce que la température retombe à 300°. Seulement à cet instant, le pain scarifié sera enfourné et cuira pendant une heure en chaleur descendante.

…et toujours cette odeur de pain chaud, gorgée d’espérance, qui finit de m’enivrer.

 

Moulin Peltrie 5

 

Chacune de ces étapes, effectuées dans le respect des traditions, confèrent aux pains du Moulin de la Peltrie des qualités gustatives exceptionnelles, des arômes savoureux et une excellente tenue de conservation.  

 

Moulin Peltrie 8

 

Mais ma visite s’achève. Je quitte le moulin comblée et sans pouvoir m’empêcher de penser aux mots si forts de sens que sont alchimie, transmission, rituel, partage. Oui, il y a sans nul doute un esprit de compagnonnage chez ces deux compères. 

Un immense merci Philippe et Jean pour m’avoir offert cette parenthèse d’authenticité.

...et cette délicieuse odeur de pain chaud qui ne m’a pas quittée de la journée.

 

Moulin Peltrie 9

 

Moulin Fournil de la Peltrie
61190 Bivilliers

 

 

09 novembre 2013

Calville Rouge d'Automne

Ce week end dans le Perche, je ramasserai des Calvilles.

« Vous avez de la chance » m’avait il dit ! «Vous avez trois pommiers Calville dans le verger ».
Calville ? Je ne connais pas. Je sais bien qu’il existe des milliers de variétés de pommes mais Calville,
je n’en n’ai jamais entendu parler.

Et pour cause. La Calville est une variété nationale très ancienne (17e) dont on ne connait pas l’origine. Très rustique, elle est présente dans les vieux vergers à cidre du Perche et de Normandie, entre autres, cultivée en basse tige, souvent en plein vent. Variété oubliée et qui présente l’énorme avantage d’être très fertile et  peu sensible aux maladies et parasites.

Les miennes sont des Calvilles Rouges d’Automne. Elles arrivent à maturité en septembre/octobre et se consomment rapidement. Personnellement, je les préfère cuites en compotes, tartes et gâteaux ou au four avec épices et cannelle. Mais le top du top avec cette variété, c’est de faire de la gelée de pommes. Certes c’est un peu long à préparer. Mais le matin, au petit déjeuner,  sur une belle tranche de pain au levain, beurre d’Isigny et gelée de Calville Rouge d’Automne … alors là, j’avoue, j’ai vraiment de la chance d’avoir un Calville dans mon verger.

PB030042

 

PB030046

 

PB030040

"You're lucky," he had told me ! "You have three apples Calville in the orchard."
Calville ? I do not know. I know there are thousands of varieties of apples but Calville; I never heard about it.

And for good reasons. The Calville is a very old national variety (17th) which we do not know the origin. Very hardy, it is present in the old cider orchards of Perche and Normandy, among others, grown in low stem, often in the open air. Forgotten variety which has the enormous advantage of being very fertile and very sensitive to diseases and parasites.
Mines are Calvilles Red Autumn. They mature in September / October and consumed quickly. Definitely, I prefer them cooked in compotes, pies and cakes baked with spices and cinnamon. But the best of the best with this variety is to make apple jelly. Okay, it is a bit long to prepare. But in the morning, at breakfast, on a slice of sourdough bread, Isigny butter and jelly Calville Red Autumn ... then, I confess, I'm really lucky to have a Calville in my orchard !



  1  2  3  4  5    Fin »